Lombok / Flores, la croisière s’amuse …

Je dédie cet article à Marie Claude qui était une lectrice acharnée de notre blog, qui nous a quittée pour un voyage dont on ne revient pas.

Nous voici enfin à terre, après 4 jours en mer, où j’ai passé la nuit la plus longue de ma vie!
Nous partons donc de Gili Air jeudi matin, un peu tristes de quitter l’île et toute l’équipe du Santay qui aura été notre famille pendant ces 18 jours, mais ravis de partir vers de nouvelles découvertes. Le non-mouvement crée chez les enfants, une lassitude du voyage. Même si les journées sont bien remplies, qu’ils s’émerveillent devant les poissons et tortues, le mal du pays et des copains se fait ressentir de plus en plus.

20120707-111256.jpg

Après 15 min de bateau, et 3h de bus, nous voici au port, on y voit que des bateaux de pêche et 2 petits bateaux qui ressemblent à des préfabriqués posés sur une coque de bateau. C’est dans l’un d’eux que nous partons, moi qui suis très à l’aise sur l’eau comme vous le savez, je suis ravie…
Le confort est sommaire, une cuisine (ouf), un toilette, et un dortoir au dessus de la cabine de pilotage, un peu boîte de sardines sur l’eau !
Nous sommes 20 sur le bateau et comme par miracle, nous y retrouvons 2 autres familles françaises . Bizarrement, nous n’en avons pas rencontrées tant que ça durant ces 9 mois, et là, nous avons 5 petits français et un bébé à bord … Une des familles finit son tour du monde dans 15 jours (salut le ch’nord) et l’autre l’a débuté il y a 15 jours (salut les sudistes). Tout ça pour dire que même avec des enfants, rien n’est impossible (moi j’dis ça, j’dis rien).
15h, c’est parti pour 5h de navigation, on nous avait vendu un moment de baignade le premier jour, mais je crois que c’est tombé à l’eau (:))
La mer n’est pas des plus calme, mais ça passe encore. Je flippe un peu avec les enfants forcément, j’aimerais bien arriver à bon port avec les 2, mais de leur côté pas de souci, ils sont surtout heureux d’avoir des copains. Ils ont trouvé leur terrain de jeux, ce sera le dortoir.

Après un repas de curry de thon excellent, pris à même le sol sur un tapis, je m’écroule sur le pont avec Milo à mes côtés. 1h30 je suis réveillée par le démarrage du moteur, alors que nous ne devions partir qu’à 4h. Je me retourne, plus de Milo, petit moment de panique à faire le tour du bateau (heureusement il est pas grand) et je le retrouve finalement endormi à côté de sa sœur. Impossible pour moi de fermer l’oeil, je passe donc 2h à contempler le ciel et les nombreuses étoiles filantes, un pur moment de bonheur à moi.
Nous arrivons vers l’île de Moyo au lever du jour, après un bon petit dej, nous voici partis explorer la jungle à la recherche d’une cascade. 10 mn de marche, nous voici devant une petite cascade, c’est sur qu’après le Laos, elles nous paraissent toutes fades, mais on sera ravis de sa fraîcheur.

20120707-102613.jpg
L’après-midi, nous partons visiter l’île de Satonda et son lac, où les enfants feront un radeau de bambou . L’histoire de ce lac est assez incroyable , c’est un cratère de volcan qui a été rempli d’eau de mer par une vague de tsunami.


Nous profitons aussi des fonds marins, c’est un vrai feu d’artifice de poissons, Milo tombera sur une famille de Nemo, le bonheur.

20120707-111327.jpgNous quittons l’île et ses poissons pour 18h de traversée non stop de Sumbawa à Komodo. Je sens que la nuit va être longue! Pour passer le temps, je vais en cuisine avec l’équipage et en profite pour récupérer une autre façon de faire la sambal ( même chose que la recette que je vous ai donné, mais on rajoute du chili non pimenté (sorte de poivron long, ça adoucit et donne un petit goût sucré), et la recette du Nasi Goreng (riz frit indonésien) que je vous livrerai plus tard.

Comme la veille, je préfère dormir sur le pont avec Milo, l’air y est plus frais et la houle moins importante. Briefing au préalable : si jamais il bouge dans la nuit, il me réveille !
Minuit, les vagues arrivent jusqu’à notre lit ! On monte s’abriter dans le dortoir alors que la houle s’intensifie. Je sens mon cœur qui commence à crier au secours, mais je résiste, pas facile d’être maman des fois.
1h30, Milo me réveille, il a rêvé qu’il était aux toilettes, mais il l’a juste rêvé ! Me voici donc à enlever pyjama, draps et couverture, et forcément pas de rechange à côté de moi, vu que les valises sont dans la cale avec l’essence (!) mais bon c’est pas comme s’il faisait froid à cause du vent et que j’avais le mal de mer ! Je résiste toujours, mais je prends vraiment sur moi.
2h30, la houle se fait de plus en plus grosse, et nous finirons par jouer au bowling, sauf que les boules c’est nous et les quilles, les autres dormeurs ! Je fais de gros efforts pour rester zen, mais dans me tête, je me dis que finalement j’étais bien à Nantes… Et Milo à côté, qui pleure, qui a peur, qui veut rentrer à Nantes et qui ne veut plus jamais faire de voyage de sa vie! Ça dure, peut être pas si longtemps que ça, mais une éternité pour moi. Je laisse Milo dans les bras sécurisants de son papa, pour aller donner à manger aux poissons… Je finirai par dormir sur la table de la cuisine, finalement le seul endroit où je me sens bien…
Au petit matin, tout est calme, Milo a retrouvé ses esprits « c’était dur cette nuit, mais maintenant ça va, on peut continuer; », de mon côté, je suis plus qu’heureuse de voir le soleil se lever.

20120707-112549.jpg

30 juin, après une magnifique plongée en snorkling où nous croisons poissons clowns, rascasse, barracuda, et un corail incroyable, il est temps d’aller à la rencontre des dragons de Komodo.

20120707-111514.jpg

Nous avons déjà rencontré leurs cousins à Gili Air, qui venaient prendre le petit déjeuner tout à côté de notre hôtel, mais il est temps de passer aux choses sérieuses .

Avant même de mettre le pied sur l’île, on nous prévient qu’il est possible que nous n’ayons pas la chance de voir de varans! (ben on est venu pour ça quand même!). Le temps de passer par la caisse pour payer le fameux laisser passer pour l’appareil photo, et de batailler avec le guide pour faire le long trek, nous voici partis explorer l’île. À mi-chemin, le guide nous redemande si on veut vraiment faire le long ! Doit être fatigué le monsieur. Il trouvera tout de même le moyen de nous faire prendre des raccourcis et de faire moins long que prévu, mais surtout de passer à côté d’un varan sans même le voir! C’est eagle-eye Damien (un des papas français), qu’il l’apercevra. Par contre, le guide sera fort pour énerver le varan et se faire manger sa tong (gober même)! Bref, il devrait plutôt travailler dans un cirque que dans une réserve naturelle, où à priori on vient pour y voir l’animal évoluer dans son environnement naturel.

20120707-111843.jpg

Nous verrons un 2ème varan… Près des cuisines ! À priori il y a trouve sa place, et il n’en bouge pas. Petite déception donc pour l’île de Komodo, finalement ceux de Gili Air étaient pas si mal, on espère mieux à Rinca demain. Mais ne nous plaignions pas, Nous avons vu de beaux spécimens de biches et de cerfs… Exotique, non ?
Nous sommes accompagnés jusqu’à la baie où nous passerons la nuit, par un vol de chauve souris et un coucher de soleil magnifique. Au diner, poulet sauce aigre douce. le poulet est plus que frais, ça fait 3 jours qu’il voyage dans une cage accrochée derrière le bateau…La nuit est des plus calme, mon dieu que ça fait du bien.

20120707-111112.jpgDernière journée de visite, nous nous attaquons ce matin à Rinca, qui héberge aussi des varans à priori plus agressifs que ceux de Komodo. On nous le fait d’ailleurs bien ressentir à notre arrivée, devant notre petite bande d’enfants. ; »vous gardez bien les enfants entourés d’adultes, qu’ils ne courent pas et ne crient pas »; (pas sûr qu’on revienne avec Milo!), dès que l’un d’eux veut aller aux toilettes, ils l’escortent bref, ils font monter la pression. Au moment de partir pour le long trek et après avoir attendu 1h, on nous explique que le long trek est trop dangereux avec les enfants, on se rabat donc sur le moyen. Un des guides aura même le culot de nous demander si ; » c’est ok pour vous d’aller à la cafétéria et de revenir ? « ; non mais je rêve, on aurait failli mourir sur un bateau pour aller à la cafétéria de l’île de Rinca! Bref, on part tout de même après avoir laissé passer tous les autres groupes, autant dire nos chances de voir les varans sont minces, on a bien pensé laisser Arthur, le bébé au milieu d’un champs et attendre de voir les varans arrivés, mais les parents n’étaient pas plus d’accord que ça.
1h30 de balade, résultat: 1 cochon sauvage, des poules sauvages et un magnifique ficus dans lequel un palmier avait pris racine … Heureusement, nous arrivons à la cafet, où nous attendent tous les varans… Nous ne les trouvons pas beaucoup plus sauvages que ceux de Komodo, mais les guides nous font prendre mille précautions encore une fois avec les enfants (il paraîtrait que les varans les prennent pour des biches !).
On repart tout de même ravis d’avoir vu les fameux dragons.

20120707-103453.jpg 20120707-102936.jpg 20120707-102936.jpg
20120707-103453.jpg 20120707-103017.jpg

Nous finissons notre périple par une île déserte digne des plus belles cartes postales, nuance de bleu sur fond de montagne…

20120707-112259.jpg

20120707-112316.jpg 20120707-112408.jpg

Nous arrivons milieu d’après midi à Flores. Pour des raisons économiques, nous décidons de passer la nuit sur le bateau (on s’apercevra ensuite que tous les hôtels sont complets de toute façon). Ça sera tout de même une sacrée erreur, pas de houle, c’est le côté positif. Par contre, le bateau d’à côté a décidé de fêter l’arrivée au port jusqu’à 3h du mat, s’en suit séance de vomissage puis de lavage de pont à grands coups de seaux d’eau… Je me rendors, mais pas pour longtemps, puisque qu’à 4h30 commence l’appel à la prière ! (tous les guides disent pourtant que Flores est catholique), 3 mosquées se battent pour savoir à qui chantera le plus fort! Et pour couronner le tout, les supporters de l’Espagne crient leur joie…
Le lendemain matin, il est temps de dire au revoir à nos compagnons de galère et d’aller prendre une douche…

20120707-112239.jpg

4 réponses sur “Lombok / Flores, la croisière s’amuse …”

  1. Du mal à finir ton article sans aller donner un peu d engrais à mes plantes……..
    Tout ça pour des bébêtes qui font les poubelles ……
    Finalement je vais considérer la tarente
    qui a élu domicile derrière tes volets d un œil nouveau
    Petite certes mais sympa avec ses petites pattes en éventail 
    Et avec elle au moins on est en sécurité sur le plancher des vaches……
    Good luck pour le retour 

  2. Et oui hélas une petite pensée pour Marie
    avec qui nous aurions bien rigolé
    en imaginant Thierry ou son couzin sur le bateau!!!!
    Mal de trouille familial….
    J espère que milo ne va pas en hériter
    comme toi de mon mal de mer
    Une mer d huile pour le retour……je croise les doigts…..

  3. Coucou les copains !

    On attendait avec impatience la sortie de l’article sur la croisière Komodo, vu que notre blog en est toujours au point mort ou pas loin… :-). A la lecture de ton article très vivant, on a été retransporté une semaine en arrière ; que de bons souvenirs déjà !
    On espère que vous avez trouvé une petite île sympa pour vous remettre de vos émotions. Quant à nous, nous partons à l’assaut du Kawah Ijen demain.
    A bientôt,

    Raynal, Claire, Augustin, Lise et Arthur l’appât des varans

    1. Salut les amis,
      Va quand même falloir vous y mettre, car dans 1 mois ce sera à vous de nous faire rêver …
      De retour de 3 jours sur une plage déserte à contempler les poissons et les requins avec les nordistes, nos chemins viennent de se séparer, à nous le Kelimutu, à eux les 24h de Flores / Lombok !
      Des bises et profitez pleinement
      Les nantais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *